Dirprod Formations

Les principaux sites de crowdfunding en France

Le crowdfunding connait un essor mondial grâce aux nouvelles technologies et à la mise en relation facilitée, indue par Internet. La deuxième étude réalisée par CompinnoV en début d’année 2014 montre que la collecte 2013 de crowdfunding a atteint 78,3 millions d’euros en France soit près de 3 fois plus qu’en 2012.

La solution web du financement participatif est à la fois risquée, fascinante, engageante pour l’avenir et porteuse de création et d’innovation. Trois types de financement sont à distinguer au sein de l’univers du crowdfuning : les prêts (peer-to-peer lending), les dons (reward-based crowdfunding) et les investissements en capital (equity based crowdfunding).

Les sites de crowdfunding se rémunèrent via une commission sur les collectes de fonds réussies, souvent comprise entre 3% et 5% (mais qui peuvent atteindre 10%). Elles sont réclamées aux porteurs de projets dans la majorité des cas, exception faite des projets caritatifs où la commission dûe peut être imputée aux investisseurs. A ceci s’ajoutent les frais de transactions.

Les plateformes de prêt

Pour ceux qui souhaitent donner du sens à leur épargne, le crowdfunding basé sur le prêt entre particuliers est une bonne solution. Pas d’intermédiaire bancaire, l’argent est disponible pour le porteur de projet qui doit le rembourser dans un laps de temps pré-défini, avec ou sans intérêt. Les plateformes de prêt misent beaucoup sur la e-reputation de l’emprunteur au sein d’une communauté. Il engage son honnêteté et son honneur à rembourser.

Hello merci est une plateforme de prêts solidaires basée sur le principe du « tout ou rien » (l’emprunteur ne peut recevoir de prêt que s’il atteint le montant qu’il a demandé. Sur cette plateforme entre 200 et 10 000 euros). Le porteur de projet pilote intégralement les paramètres financiers et peut rembourser la somme empruntée sur une période d’1 à 36 mois maximums. (www.hellomerci.com/fr)

Babyloan est spécialisé dans le micro-crédit solidaire. Les sommes prêtées, à destination des micro-entrepreneurs, ont pour montant minimal 20 euros. Le remboursement s’effectue sans intérêt. Une commission est demandée aux internautes-prêteurs selon une grille tarifaire. (www.babyloan.org/fr)

Plateforme de prêt destinée aux PME, Unilend propose aux particuliers de sélectionner les entreprises qu’ils souhaitent encourager. Le particulier fixe le taux d’intérêt et une partie du capital lui est remboursé mensuellement. Les entreprises peuvent demander un financement entre 20 000 et 250 000 euros sur une durée comprise entre 2 et 5 ans. (www.unilend.fr)

 

Les plateformes de don et de financement sans contrepartie financière

Le crowdfunding par le don relève du mécénat et en ceci, on ne peut pas dire que le financement participatif soit nouveau. Selon son degré d’implication, le donateur peut recevoir en nature un cadeau de la part du porteur de projet. Sa souscription peut également équivaloir à une prévente du service ou du produit.

Sur Babeldoor, les artistes, écrivains, créatifs, voyageurs, intrépides et philanthropes se retrouvent pour présenter leur projet. Ils ont 100 jours pour concrétiser la levée de fonds et atteindre la somme (aucune limite) nécessaire à la réalisation de leur idée. Le montant minimum pour le soutien financier est de 5 euros. (www.babeldoor.com)

Kisskissbankbank est l’un des sites pionniers du crowdfunding en France et l’un des leaders mondiaux. Les créateurs ont un maximum de 90 jours pour finaliser leur financement via la plateforme. Les catégories qui regroupent les projets sont variées : art, sport, design, écologie, éducation, journalisme, solidarité, mode… (www.kisskissbankbank.com)

Ulule est une plateforme spécialisée dans les projets créatifs, innovants, solidaires et à portée citoyenne qui peuvent prendre une forme variée : spectacles, enregistrements d’albums, missions humanitaires… 90 jours est également la période maximale durant laquelle la collecte peut avoir lieu. Les dons peuvent commencer à partir de 5 euros. (fr.ulule.com)

Zentreprendre se pense comme un réseau social et nécessite une inscription initiale (gratuite). Avant de lancer la collecte, le porteur de projet doit fédérer autour de lui une communauté minimale de 50 personnes. Après quoi, il pourra demander des financements dans une durée maximale fixée à 100 jours. Une des particularités de la plateforme : pas de business plan nécessaire mais un projet IMPACT explicité, basé sur la présentation de l’idée, du marché, du produit & service, de l’approche commerciale, du cash need (argent nécessaire) et du timing. (www.zentreprendre.com)

Reservoirfunds est une plateforme tournée vers la création d’entreprise ou les très jeunes entreprises en décollage. La particularité de ce site est la possibilité d’échanger des petites sommes d’argent contre des dons en nature. (www.reservoirfunds.com)

Notrepetiteentreprise est un partenariat entre My Major Company et la BGE (le réseau d’appui des entrepreneurs). Le retour financier est possible seulement sur les projets portés par My Major Company ou ses partenaires. Le temps de collecte maximum est de 3 mois. (www.notrepetiteentreprise.com)

Plateforme de financement avec prise de participation ou co-production

Les investisseurs financent la société et reçoivent des contreparties financières. Ils deviennent actionnaires de l’entreprise et participent directement à son capital. Le créateur cède une partie de la propriété intellectuelle de son projet.

SparkUp est une plateforme sur laquelle les levées de fonds se font principalement auprès du réseau des porteurs de projet. L’investissement minimal est de 50 euros. La levée de fonds porte sur des sommes comprises entre 10 000 et 100 000 euros. Les projets artistiques ou associatifs ne sont pas pris en compte. (www.sparkup.fr)

La spécialité d’Investir99 est de découper la période de levée de fonds en 3 temps : « en parrainage », « en financement », « financé ». Pour commencer la recherche d’investissement via la plateforme, le porteur de projet doit trouver 99 parrains qui le soutiennent. Après quoi, il peut se lancer et présenter aux investisseurs son business plan. La période maximale pour trouver des fonds est fixée à 12 mois. (www.investir99.com)

Kiosktoinvest est une plateforme de crowdfunding encore en construction, spécialisée dans le développement du territoire et la création d’emplois. Entrepreneurs, start-up et PME enregistrés au Registre du Commerce et des Sociétés peuvent déposer leur demande de levée de fonds d’un montant compris entre 100 000 euros et 5 000 000 d’euros. Le titre minimal s’élève à 1000 euros. Côté, il peut être échangé sur un marché secondaire. (www.kiosktoinvest.com)

Pour intégrer la plateforme de Smartangels le seuil de rentabilité de la société doit être atteint ou sur le point de l’être. Les levées de fonds sont calibrées entre 2 et 3 mois. La demande de financement est comprise entre 200 000 euros et 2 000 000 d’euros. Le site entend faire une sélection rigoureuse des projets. Pour découvrir les entreprises, l’inscription préalable est obligatoire. (www.smartangels.fr)

Happy Capital est un site de crowdfunding qui permet de lever jusqu’à 2 500 000 euros entre 8 à 12 semaines auprès d’un maximum de 149 associés. Pour bénéficier de la plateforme, les sociétés doivent être inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés. Elles doivent également signer un pacte avec le site pour être accompagné durant la première année par un cabinet de conseil de leur région en France. (www.happy-capital.com)

Pour déposer sa demande de crowdfunding sur le site de Particeep, l’inscription est obligatoire. Le site met en place la possibilité de s’inscrire via son profil LinkedIn. Le porteur de projet peut démarcher différents groupes d’investisseurs : professionnels, business angels, fonds d’incubateurs et organismes publics qui l’aideront dans sa levée de fonds. (www.particeep.com)

Anaxago est un site dédié aux PME en pleine croissance qui s’appuient sur des secteurs dynamiques. Elles ont un temps imparti de 90 jours pour lever des fonds. La recherche de capitaux débute à partir de 100 000 euros. La participation minimale au projet est de 1 000 euros pour les investisseurs. (www.anaxago.com)

Wiseed est une plateforme de crowdfunding spécialisée dans les secteurs de la santé, de l’environnement, du numérique, de l’industrie et des services selon un triptyque de trois mots clés : durable, responsable, performante. La société doit être créée et avoir moins de 8 ans pour lever des fonds. Le ticket minimal des investisseurs est de quelques centaines d’euros pour un financement de la start-up dès 100 000 euros et jusqu’à 1 millions d’euros. (www.wiseed.com/fr)

Sowefund, nouvellement arrivé sur le marché du financement participatif, met en relation particuliers et entrepreneurs de start-ups qui ont déjà trouvé une partie de leur financement auprès d’acteurs professionnels (fonds d’investissement ou Business Angels) et qui cherchent à renforcer leurs fonds propres. L’investissement du grand public est effectif à partir de 100 euros. Les fonds sont investis directement dans la start-up ou dans une holding créée à cet effet. (www.sowefund.com)

Plateformes hybrides

Certains sites de crowdfunding mixent les trois grands modèles de financement participatif.

Fondatio organise sa collecte de fonds selon trois types de projet : entreprise, collaboratif et humanitaire. Chacun se voit doter de 3 types de financement différents, respectivement ce sont des actionnaires, investisseurs et donateurs. (www.fondatio.com)

Mynewstartup soumet au vote des internautes les projets présélectionnés. Après quoi, le projet est audité et la levée de fonds organisée. Les investisseurs peuvent faire partie d’une entreprise à partir d’un euro. Les créateurs ont le choix d’ouvrir ou non leur capital. Soit les investisseurs reçoivent une récompense en nature (achat par anticipation du produit ou du service) soit ils deviennent actionnaires. (www.mynewstartup.com)

U’start me est un réseau social dont l’inscription est gratuite et où le porteur de projet peut à la fois déposer son idée et le soumettre à une collecte de fonds auprès d’investisseurs, d’institutionnels, d’entreprises ou de particuliers mais aussi trouver de futurs associés, développer des contacts avec des professionnels et obtenir des conseils. (www.ustartme.com)

Et tout ceci n’est encore qu’une histoire à suivre …